Les enfants peuvent être stressés, tout comme les adultes. Parmi les facteurs qui peuvent déclencher ce stress, on peut par exemple citer les réseaux sociaux, les cours à l’école, l’utilisation des téléphones portables, les jeux vidéo et les rythmes très soutenus des parents ; tous ces éléments peuvent en effet être des sources de stress pour de jeunes enfants.

Il faut donc trouver des solutions avant que ce stress n’envahisse leur vie personnelle et scolaire, ainsi que leur estime de soi. Pourquoi ne pas les initier à la méditation ?

 

kids-1508121_1280

La météo intérieure

Lorsque l’on parle de méditation pour enfant, on recommande souvent de les initier à cette pratique avec l’exercice de la « météo intérieure » : cet exercice peut être pratiqué n’importe quand, il suffit juste de trouver un endroit pour que l’enfant puisse s’isoler.

Au début de l’exercice, vous demandez à votre enfant de décrire le temps qu’il fait à l’intérieur de lui ; en effet, on parle souvent aux enfants de la pluie, du vent, des nuages, de la température et du beau temps durant leur enfance, ainsi que des sensations que l’on peut ressentir pendant ces saisons. Grâce à ce parallèle, les enfants peuvent facilement trouver les mots pour exprimer leurs sentiments profonds ; l’important est qu’ils arrivent à vous décrire leurs sensations physiques, leurs pensées et leurs émotions. Il faut se rappeler que la méditation permet d’être plus présent dans ce que l’on fait et de se recentrer sur soi-même. En aidant les enfants à décrire ce qu’ils éprouvent pendant l’instant présent, vous les entraînez à prendre conscience de leur existence.

La méthode de la « petite fourmi »

Il existe un autre exercice de méditation qui aide les enfants à se détendre : l’exercice de la petite fourmi. Il s’agit d’une adaptation du « balayage corporel », spécialement conçue pour les enfants. Plus précisément, cette pratique entraîne l’enfant à déchiffrer les sensations qui parcourent son corps, pour mieux les comprendre et les maitriser.

Pour commencer, invitez votre enfant à s’allonger confortablement. Ensuite, vous allez lui raconter l’histoire de la petite fourmi. Veillez à adopter le ton qu’il faut et n’oubliez pas les détails ; insistez sur tous les adjectifs qualificatifs qui ont un rapport avec les cinq sens. Votre mission est donc de raconter l’histoire calmement, sans improvisation : en résumé, c’est le parcours d’une petite fourmi qui commence sur le pied de l’enfant et qui remonte jusque dans ses cheveux. Elle monte d’abord sur le gros orteil du pied, continue sur le dessus du pied, sur la jambe et la cheville où elle se perd dans les petites herbes (les poils). L’insecte poursuit son parcours en grimpant sur une grosse montagne (le genou), puis dans le nombril. Il sent les battements du cœur avant de traverser la bouche humide et le nez. Enfin, il arrive dans la jungle (les cheveux), puis finit par tomber par terre. Entre chaque étape, vous devez définir les sensations avec des jeux de mots et des comparaisons (le nez peut être comparé à un ventilateur par exemple). L’histoire est amusante et plaît en général aux enfants.

Pendant la séance, l’enfant imagine la petite fourmi en train de grimper sur lui. Il se concentre sur toutes les sensations de son corps. Une fois l’histoire terminée, le premier réflexe des enfants est de chercher la petite bête partout. Au final, grâce à la sécrétion d’endorphines due aux différentes sensations, votre enfant sera plus détendu.

L’exercice de l’arbre

Pour méditer, vous pouvez également demander à votre enfant de s’imaginer être un arbre. Il doit se tenir debout avec les yeux bien fermés ; il doit ressentir que ses pieds s’enfoncent dans le sol, en se tenant bien droit. Veillez à ce qu’il ait vraiment l’impression d’être solidement ancré dans le sol. Par la suite, invitez-le à relever doucement les bras au-dessus de la tête et à s’étirer très fort. L’idée est de simuler les branches d’un arbre qui tentent de se rapprocher du soleil. Pendant la séance, dites-lui de bien ressentir tout ce qu’il se passe dans son organisme, de la tête au pied.

Cet exercice de méditation aide votre enfant à se redresser et à se réaligner. Lorsqu’il est implanté dans la terre, c’est comme s’il faisait une pause ; et quand il sort de cet état de méditation, à la fin de l’exercice, il est plus confiant et plus rassuré. Il a l’impression d’occuper l’espace et se sent plus imposant et plus fort.

Ces différents exercices de méditation aident les enfants à s’épanouir et à être plus sensibles dans leur vie quotidienne.